Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

blog littéraire

  • Avis sur Où que je sois encore...d'Arnaud Maïsetti

    ou-que-je.JPGLa nuit, une ville, une chambre, des voix, des cris, des corps... Tout commence à 21h38 et se termine à 7h57 quand le jour se lève.

    La nuit réunis des voix , des histoires, un homme qui se jette sous un pont, une fille qui court etc.., et puis il y a Ethan.

    Il n'y a pas d'histoire, il y a juste la nuit racontée , des bribes de vie volée par-ci , par-là.

     

    Ce livre est très bien écrit, j'aime beaucoup le style de cet auteur, qui je pense peut parfois être un peut « lourd » voire « écoeurant », mais moi, ça me plaît. Le lecteur goûte à la nuit, aux rues, aux visages aux cris et aux corps.

    Ce que je retiens c'est vraiment le style de cet auteur, il y a une volonté de nous faire parvenir ses émotions, ses sentiments , un peu comme une poésie, se libérer de la nuit, transporter le lecteur avec elle dans ses rues, dans tout ce noir. Un livre très aboutit !

  • Le médecin d'Ispahan de Noah Gordon

    J’aime ces histoires de périple au long cours, chargé d’aventures  avec un personnage principal humain avec ces qualités et ces défauts mais qui ira au bout de sa quête du savoir. J’apprécie de traverser des pays lors d’une époque révolue si différente de la nôtre et en y regardant bien, peut-être pas tant que cela !


    De plus, ce livre, comme d’autres, me conforte une fois de plus dans certaines de mes convictions …

  • Avis sur L'hiver où j'ai grandi, de Peter van Gestel

    L’hiver où j’ai grandi, Peter van Gestel -Gallimard Jeunesse, Folio Junior

    hiver.JPGVoici un roman qui vous poursuit longtemps, une fois le livre refermé.

    Amsterdam, 1947. Et, Thomas, le narrateur de dix ans, débute son récit. C’est l’été, il fait chaud. Mais la rentrée est proche et ce sera pendant ce long hiver rigoureux qui suivra que se déroule l’histoire qui nous est contée.

    Il s’agit de l’amitié qui se noue entre trois jeunes adolescents : Thomas qui a perdu sa mère malade, Zwaan qui a perdu ses deux parents en déportation et Bet, sa cousine, qui a perdu son père dans les mêmes circonstances dramatiques. Chacun porte en soi le poids de ces absences, de leur incompréhension.

    Mais ce qui frappe dans ce roman, c’est la vitalité des enfants qui à travers leurs jeux, leurs chamailleries, leur rudesse, parfois, et leur regard sur le monde adulte se construisent en sublimant leur malheur par cette amitié qui se déploie malgré les différences sociales, malgré les différences culturelles.

    Thomas, par exemple dont le père est un pauvre artiste qui gagne sa vie de petits boulots en petits boulots, a cette faconde du parler populaire qui choque Zwaan et Bet mais, c’est justement ces écarts de langage qui les séduits.

    Difficile à rendre compte de la richesse de ce roman au niveau des relations entre les trois adolescents qui se frottent entre eux pour mieux affuter leur amitié et pour mieux s’aguerrir.

    Le récit se termine l’été suivant. Zwaan rejoint un oncle à Brooklyn. C’est la séparation. Peu de temps après Thomas recevra une “longue et belle lettre” de son ami Bet part en camp de vacances. Et le roman se termine par le grand cri de Thomas, poussé vers le ciel.

    Ils auront tous grandi, cet hiver-là.

    L’écriture fluide, vivante est rehaussée par des dialogues d’une intensité rare. Tout dans le texte est d’une grande profondeur, subtile et pudique. Ainsi en va-t-il de la découverte progressive par Thomas de l’existence des camps.

     

  • LIRE VLADIMIR NABOKOV

    Nabokov est devenu un écrivain mondialement connu grace à un livre, le fameux « Lolita », d'abord publié à Paris en 1955, puis à New York en 1958.

    nabokov.JPGCinquante ans après sa publication, Lolita demeure toujours un objet de scandale et est devenu un nom commun. Roman pornographique, satire de l'Amérique, étude d'un cas clinique, construction symbolique, jeu verbal, caricature de l'amour, perversité, encouragement à la pédophilie, on a tout trouvé dans cet ouvrage.

    Pourtant, il suffit de (re)lire ce chef-d'œuvre pour constater que la chair y est souvent triste; de bien monotones étreintes dans les motels. Mais Lolita n'est pas que le portrait d'une bimbo allumeuse, il y a dans ce livre l'amérique des années cinquante, les autoroutes, les drugstores, une classe moyenne déjà matérialiste et décervelée. Mais Nabokov peut se réjouir de voir sa nymphette susciter autant de controverses, cela lui a apporté gloire et fortune littéraires.

    Cela reste un livre magistral.

  • ALCHIMISTES célèbres

    Nous vous présentons une galerie de portraits des Alchimistes célèbres, cette rubrique sera complétée progressivement par des informations sur ces alchimistes comme celles issues du livre Théories et symboles des alchimistes d'Albert POISSON

     

    alchimistes.JPG

    Il s'agit de :

    Nicolas
    Flamel

    Paracelse

    Roger Bacon

    Jacob
    Boehme

     

     

  • LIRE BRET EASTON ELLIS

    Bret Easton Ellis : Voilà le genre d'auteur dont on peut dire, on aime ou on déteste.

    Des livres dans l’air du temps, alcool, drogue et violences gratuites, sexe et provocation : Tous les romans de Bret contiennent un nombre plus ou moins important de scènes choquantes de sexe ou de violence, des mises en scènes polémiques sur la vie d'une certaine jeunesse bourgeoise dorée, une vie faite de néant, néant des sentiments, néant des préoccupations, néant de l'espace et du temps, néant d'une société de consommation qui dévore ses enfants et qui trouvera dans la violence, le sexe et la drogue les moyens compensatoires d'exister; tout simplement.

    Un chose reste sûre : Bret Easton Ellis a une vraie écriture et ses textes ne peuvent laisser indifférents..

  • Chronique de Nid de guêpes, Bart Moeyaert

    Nid de guêpes, Bart Moeyaert, Éditions du Rouergue

    nid.JPGDans le milieu clos d’un village sans nom, sourd de vieilles rancoeurs. On s’y épie, on colporte, on se méfie.

    C’est là que Suzanne, quatorze ans, a passé sa vie. C’est lété et l’atmosphère est étouffante, malgré la fête qui s’annonce. Le chapiteau est monté.

    Suzanne a perdu son père, il y a sept ans de cela et la mère vient de trahir Hélène, sa meilleure amie. Tout le village est ligué contre le chenil tenu par Rudi, le mari d’Hélène. Et la mère de Suzanne vient de signer la pétition pour, finalement, faire “comme tout le monde”.

    La rencontre de Suzanne avec Loup, un jeune marionnettiste, va lui donner le courage de taper dans le “nid de guêpes”. Au beau milieu des festivités, elle libère les chiens. Rudi part à leur recherche. La bagarre qui s’ensuit aura pour conséquence la réconciliation de la mère et de la fille.

    Une exigence d’écriture admirable. L’art du non-dit en donne toute la subtilité. Le balancement entre le passé, celui de l’enfance heureuse et le présent, englué dans l'ennui et la colère, est mené avec une souplesse, sans artifice aucun.

    C’est grand et beau récit à l’écriture précise, concise et exigeante.

     

     

  • Nouvelles : COURT, NOIR, SANS SUCRE – EMMANUELLE URIEN

    court.JPGDès le titre, Emmanuel Urien prend le pli de brouiller les pistes. Alors que l’on s’attend à des textes tournant autour du fameux breuvage caféiné, le lecteur découvre des nouvelles plutôt sombres et livrées en vrac, sans édulcorant pour les adoucir.

    Et l’ensemble de ce recueil est dans cette veine. L’auteure présente rarement les choses de façon directe, préférant la suggestion, et laissant au lecteur le soin d’imaginer l’horreur qui se cache sous les gestes quotidiens. Ainsi, si j’avais deviné juste au sujet du Jardin secret, les nouvelles intitulées Assistance technique et Femme d’intérieur m’ont étonnée et presque choquée.

    Car la violence est quasiment permanente dans ce recueil mais distillée en si petites touches qu’elle en devient presque invisible. Tout comme ces personnes oubliées et abandonnées qui disparaissent sans que personne ne s’en rende compte.

    Ouvrir Court, noir, sans sucre, c’est accepter d’entrer dans le monde que l’auteure a créé pour nous, d’entrer dans son jeu, elle qui aime manifestement manier les mots et les expressions, dont elle détourne le sens pour nous faire réfléchir sur la société dans laquelle nous vivons.

    Une lecture vraiment agréable grâce à des histoires variées et étonnantes et une auteure qui renouvelle le genre de façon intéressante. A découvrir.